Agenda ironique de Septembre exercice 2 de 2 : Une forêt, un loup déguisé, des rouges-fillettes et la nuit

Septembre est venu et deux ils sont, hardis et vaillants, pour diriger de mains d’experts l’agenda du mois.

Ci-après, écrevisse et Dodo expliquent tout dans leur chez-eux mieux que je ne saurais.

C’est bizarre, ces deux phrases me font l’effet d’un déjà-vu !

Dans ce deuxième opus de deux, nous allons parler de forêt, de loup déguisé, de rouges-fillettes et de nuit ! Et pour résumer pour les non-lecteurs de post précédent, il sera fait mention d’un chat ayant une langue 4 fois trop grande.

foret-hauterive-nuit

Livre de bord de la fée Busàbigne

Le 09 Septembre 2016 / Direction générale des ressources magiques

Ce jour, je soussignée Fée Busàbigne rend compte de l’opération Y1456B-541.

Ont été envoyés en forêt le 8 Septembre de cette année les fées suivantes :

  • « Capuchon pourpre », fillette à capuche rouge;
  • « Imprimerie-Benoît-à-Saint-Marcelin-sur-Adour-de-Rivière » diminutif « Imp », calendrier des PTT à images de forêts;
  • « Doudou », loup en peluche;
  • « Ouaf », chien;

Ordre de mission :  Créer contact avec espèce vivante locale répondant au nom de « Chat Rano », chat;

But de mission : ré-étalonnage de langue disproportionnée suite à mal-manipulation du sort de berceau Af-124 affaire BF-12-458 en date du 25 Septembre 2013;

Rapport de mission : Contact fut établi ce 8 Septembre en forêt près du 3ème arbre en partant de la gauche du fourré bordurant le talus jouxtant le ruisseau répertorié comme ruisseau aux 5 nénuphars.

Capuchon-pourpre a exposé le contexte au chat qui, ne comprenant pas l’humain, n’a su répondre; « Imp » a pris le relais mais le chat ne savait lire; Ouaf a coursé un lapin qui passait par là ; « Doudou » a bouloché sans que cela n’aide la mission;

Devant cette incompréhension latente, nos émissaires ont jeté sur le chat un sort de parole; celui-ci s’est mis à zozo-zozo-zozo-zozo-ter, conséquence imprévue de sa déformation anatomique.

Le chat Rano a cependant pu acquiescer à l’offre magique.

« Imp » lui a jeté sort d’écriture afin qu’il paraphe le contrat comme stipulé par la lettre de service LS47-78-89-63-52 produite le 14 Août de cette année.

En plus de 4 cheveux sur la langue, s’est découvert affublé de 4 poils dans la patte + autant de griffes+1, l’ensemble compliquant d’autant l’usage d’un stylo.

Moult efforts plus tard, les documents dûment remplis, « Doudou » a apposé sur lui sort de tout-coton afin qu’il se détente et qu’excision magique lui soit moins douloureuse.

Chat Rano fut soudainement pris de convulsions sévères, il toussota, éructa, poussa quelques miaulements aigus jusqu’à parvenir à recracher l’équivalent de 3 pelotes de laine.

Comprenez bien qu’à ce stade d’émotions, il eut besoin de quelques minutes de récupération avant l’opération, ce qui tombait bien car « Ouaf » n’était pas encore revenu pour exercer sort de canine.

Bon… « Ouaf » ne revint jamais !

Embêtés, empêchés, comment exciser ?

La forêt était mue par de grandes rafales de vent glacial faisant tournoyer les branches en des arabesques incertaines et nos 3 fées et leur patient furent sur le point d’en décamper quand surgit, de derrière un tronc, le dieu Pan, que vous connaissez bien (voir le parent II), accompagné de son paon de combat… Pardon !! Rectification faite par les soins de Pan : son paon de paix.

Sa dernière cure au Tibet ayant en lui apporté la paix, Pan avait changé sa flûte d’épaule et quitté son travail de passeur de bandits en Suisse (voir « Jura sic Pax« ) pour de plus nobles travaux tel arracheur de langue et écraseur d’orteil.

Il proposa ses services (note de frais As124 jointe) et put procéder à la 3/4 d’ablation puisque le chat, encore sous le coup du sort de parole, exprima son envie d’en conserver un peu en son palais.

Pan ayant, à l’aide de sa flûte, commencé à scier la langue, chat Rano releva l’inefficacité du sort de tout-coton et, d’une violente bordée de griffes, un tout aussi violent refermage de gueule et un mordage de main de Pan en passant, proposa de surseoir au découpage.

Les deux négocièrent, échouèrent à négocier, crièrent, s’énervèrent. Pan lâcha le paon -redevenu de combat pour l’occasion- sur le chat qui n’oublia pas de fuir, queue et langue entre les pattes.

Tous -sauf Ouaf toujours absent- partis à sa suite, chat Rano réussit pourtant à semer la meute, paon compris, la nuit tombante lui offrant en l’occurrence un net avantage visuel.

Bilan de la mission : Fiasco semble l’opportun mot d’autant que nous déplorons, fut-ce seulement un chien, l’absence d’un élément.

Pan s’étant proposé à l’embauche, malgré quelques évidentes difficultés de communication patientèle, je vous propose d’étudier sérieusement son recrutement dans nos services.

Pour le chat, nous avons changé d’optique. Le sentant réfractaire à une chirurgie classique, nous avons missionné un membre plus expérimenté, Rango, caméléon de son état afin d’évaluer une possibilité de rééducation par l’enroulement plus adaptée en l’espèce.

A ce jour, les résultats obtenus confirment le bien-fondé de ce choix tardif.

 

Recevez mes salutations magiques sincères.

Fée Busàbigne

 

Publicités

26 réflexions sur “Agenda ironique de Septembre exercice 2 de 2 : Une forêt, un loup déguisé, des rouges-fillettes et la nuit

  1. Caméléon, après lecture du premier opus, était venu flirter avec ma pensée sotte et grenue.
    Bien heureuse de découvrir qu’il pourrait être d’efficace aide à Chat.

  2. Eh…j’aime beaucoup le point de vue que tu as choisi ! :-)))

    Pas « fan » des descriptions d’opérations chirurgicales, par contre…
    Mais je trouve l’ensemble très réussi !

    Merci pour ce bon moment …

    • Merci Madame Licorne d’avoir apprécié ! Pour la découpe à la flûte, seul Pan opère ainsi et il paraîtrait, et plus efficace et plus rapide, de recourir sinon à un scalpel qui peut effrayer le patient, à une lime ou une tronçonneuse !
      C’est un choix de sa part que nous respectons même si nous n’en pensons pas moins.
      Merci de m’avoir permis d’éclaircir cela !

      PS : Ces personnages sont des professionnels, merci de ne pas reproduire chez vous les cascades effectuées dans cette histoire.

  3. Si je résume, une erreur de procédure s’est glissée dans le sortilège, une réparation est envisagée suite à l’enquête, ou plutôt la mission décrite dont je ne retrouve pas la référence précise dans le texte (qui ne fait état que de celle de l’opération, du sort concerné, de la lettre de service et de la note de frais), ce qui n’explique pas l’absence du chien qui est intrigante au possible. Je me demandais, au vu de ces points précis à compléter, si tu allais prolonger par une suite dûment entiérisée numériquement, puisqu’il existe un formulaire qui permet de le faire, le B414 modifié par décret le 25 septembre dernier du mois courant en A441, à la suite de la réforme de la procédure B216 alinéa 2 du code de la fonction territoriale du chat Rano, sources vérifiées auprès d’un huissier bien sûr.
    Ces éléments manquants n’ôtent rien à la qualité de tes compte-rendus qui, je dois dire, m’ont laissée sans voix tellement J’en suis restée baba. Quant au chirurgien, s’il est encore en activité, j’aimerais autant que soit précisé son nom, au cas où l’un d’entre des lecteurs aient un chat à faire opérer, et de façon à éviter de s’adresser à lui.
    Comme tu vois, ton écriture est d’une telle intensité qu’elle m’a emportée dans sa réalité. 🙂

    • Je réponds enfin à ton commentaire.
      Non, à mon grand regret totalement feint, le chien ne sera pas le héros d’un spin-off et il est à craindre qu’il n’ère at vitam eternam dans la lande en quête d’un rongeur à grignoter.
      Si vous tendez l’oreille et non la langue, vous pourrez entendre ses gémissements dans la lande froide et ténébreuse… Tout cela à condition de vous trouver géographiquement à portée d’audition. L’entreprise nie toute responsabilité concernant les manques d’audition ou de situation géographique dont vous pourrez pâtir.
      Enfin, le chirurgien m’a payé cher pour ne pas divulguer son nom et je pense qu’il est de la liberté personnelle de chacun et de la protection des coupables qu’il puisse encore commettre des opérations !

  4. Pardon, je n’ai pas finis ma deuxième phrase, avec « formulaire qui permettrait de le faire ».
    Est-il possible que tu complètes mon premier commentaire s’il te plait, enfin, je devrais plutôt dire veux-tu bien, dans la mesure où toi seul est en mesure de le faire ? Merci d’avance.

    • J’accède volontiers à ta demande, Jo, mais je garde quand même ce second commentaire auquel je réponds car, si je me prenais à répondre à des commentaires non-existants car effacés, on pourrait me croire fou ou dingue ou juste un peu dérangé, ce qui n’est pas le cas, j’ai été testé, et j’ai pour preuve le bulletin A44ftt78 qui stipule que je suis humain donc normal dans le sens technique de la chose même si on peut mettre ven cause la dite « normalité » de l’espèce humaine qui, en état, est juge et partie dans la sentence ainsi prononcée.
      Cet aparté réalisé, je t’invite à remonter d’un cran dans les commentaires pour lire ma réponse à ton commentaire précédent, ceci afin d’être précis et de faciliter la compréhension d’une tierce personne venant bouquiner nos échanges !

  5. Cela va de soi. Merci.
    Le bulletin A44ftt78 ? Est-il précisé les critères d’évaluation ? Je ne crois pas remplir ces derniers, ni d’ailleurs le désirer vraiment…

    • Ta non-désirade d’humanité reste à ton entière appréciation.
      Pour ce qui concerne le A44ftt comme on le nomme amoureusement, il consiste en 36 we d’informations suivis de 451 tests psycho-motocyclistes et 2 sudokus plutôt velus !
      Il coûte cher aussi ne le propose-t-on qu’à ceux dont on puisse douter qu’ils appartenassent au genre sus-cité !

  6. ah ça, je ronronne toutes griffes dehors, tellement ce billet m’a estomaquée ! Le premier qui s’approche aura droit à un coup de patte maison….. Entre les sorts et le boucher Pan…. « Pour avoir la Paix, prépare la Guerre ! »
    Je rentre ma langue et ne vous bise point
    pffffff

  7. Merci pour ce bon moment 🙂

    Me suis esclaffée (entre autres) là : « Sa dernière cure au Tibet ayant en lui apporté la paix, Pan avait changé sa flûte d’épaule et quitté son travail de passeur de bandits en Suisse (voir « Jura sic Pax« ) pour de plus nobles travaux tel arracheur de langue et écraseur d’orteil. »
    Bisessss

Ron-ronne-moi un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s