Les boulangeries qui n’aimaient pas les femmes qui se cachent pour mourir de Hurlevent – part 5

J’avais déjà traversé tout ça…

D’abord Brendinina puis Samanthgrid… Ils m’avaient prévenu « A la 3ème secrétaire que vous égarez, vous n’y couperez pas ! » apfelblüteJ’étais bon pour un malus sur mon assurance-détectivité si je ne retrouvais pas Ingrid en un seul et souple très souple morceau.

Je me ruai. Arrivé au pied de l’immeuble, je remarquai les lumières éteintes à l’étage du bureau. Je rentrai sans réfléchir.

Pas d’électricité dans le hall, j’appuyais sur la minuterie mais aucun résultat.

Une étrange sensation me bloqua ! J’avais déjà vécu cette narration !

Accablante réalité, l’auteur, ne reculant ni devant ni derrière aucune bassesse et partant du postulat que les lecteurs n’auraient pas lu toutes mes aventures, s’arrogeait le droit d’un copié-collé d’une de mes précédentes montées d’escalier dans le noir. J’étais déçu de tant de désinvolture scripturale mais bon, j’avais les pieds et poings liés…

Donc, je me lançais dans une honteuse redite, « je saisissais d’instinct mon Beretta et commençais à monter marche à marche EMN001l’escalier en m’appuyant sur la rambarde pour jeter un regard aux étages supérieurs. Nulle âme qui vive. Je bondissais trois marches par trois jusqu’au quatrième palier, celui de mon bureau. »

Là s’arrêta l’interlude plagialifaire car la lumière du palier revint comme je posais la main sur la poignée de la porte d’entrée.

SisterAnn -qui avait changé de sexe entre 2 épisodes- dans l’intercom.

« Je suis en position, dans l’immeuble d’en face. je vois une silhouette à travers la vitre teintée de la porte d’entrée de votre bureau. Je shoote ou c’est vous ? » Son changement de chromosome aiderait-il au raisonnement ?

« C’est moi !

– Donc… Si je comprends bien… Je shoote toujours pas ? » Je m’étais avancé.

« SisterAnn, enlevez votre doigt de la gâchette ! Je rentre ! » Je tournais la poignée et….

« Surprise !!!! » général.

Oh lala !! L’improbable ! Pris dans le flot d’émotions de cette sombre affaire, j’en avais oublié mon anniversaire. Ils étaient tous là ! Le colonel, Ingrid, le sergent Smith, le caporal Bob, L’inspecteur Tim, le sous-lieutenant Andrews, même l’adjoint au vice-procureur Stanley !!!… B… de M… de coup monté ! J’y avais cru.

poliSisterAnn arrivait sur ces entre-faits et, d’un grand sourire, précisa qu’elle n’aurait pas shooté, qu’elle plaisantait.

A la brigade, on a de l’humour et ça fait du bien.

Nous trinquâmes jusqu’à pas d’heure, nous remémorant toutes ces tueries, les règlements de comptes qui finissent en pugilats, ces bavures qu’on avait camouflé habilement sans oublier les complots, les vols à mains armées, les gangs démantelés ou encore ces simulacres d’incendie pour faire marcher l’assur…

Simulacre d’incendie ! Hum ! J’avais peut être une piste pour l’affaire en cours… L’intuition est la meilleure arme du limier.

Je verrais demain… Le dodo n’était peut être pas coupable tout compte fait ! Peut être ? « Ne pas démenotter la peau du dodo avant de l’avoir innocenté », proverbe policier bien connu qui, c’est amusant, convenait parfaitement ici !

Coïncidence ? J’enquêterais sur cela plus tard également !

 

 

 

8 réflexions sur “Les boulangeries qui n’aimaient pas les femmes qui se cachent pour mourir de Hurlevent – part 5

  1. J’aime beaucoup la « désinvolture scripturale  » de l’auteur qui s’autorise un copier coller …
    Pauvre personnage pied et poings liés
    !!!
    Et bon anniversaire 🙂

  2. Une super 5 partie pour un anniversaire surprise réussi ! Ah ces souvenirs de brigade sont au moins du cinq étoiles, cette fois, l’enquête s’intuitionne avec brio. J’ai bien cru que le sergent sisterAnn à la fin du 4 allait passer la corde à l’Ankou.
    Mais voyons, ce n’est peut-être pas la même histoire… 😀
    D’après le gâteau, Flanagan a quatre ans ? Happy anniversaire et joyeux trinquing…

      • Evidemment, de la part d’un détective privé, le raisonnement ne pouvait être qu’impeccable, même si la preuve que oui ne dis pas de quoi, mais tout de même, je ne compte que quatre bougies, il y a donc bougie sous roche ! Ou bien sous couverture sucre glace, je ne saurais dire.

Ron-ronne-moi un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s