Pom’Pont

Cavalaient cavaliers,

Fougueux randonneurs,

Le chemin dévalant

Jusqu’à de l’arbre les racines.

Roulaient tous deux,

L’un derrière l’une,

Fondant folle vitesse.

Le vent fouettait les visages

Qu’ils n’avaient pas,

La fraîcheur glaçait les peaux

Qu’ils avaient différentes,

Il faisait froid, froid…

Pi doux…

Obstacle se présente face eux,

Sous forme d’une butte empierrée,

Pont par-dessus la rivière

les ralentit, les freine, les presque-stoppe…

Pom’ avait oublié le pont qu’un jour,

Elle avait traversé,

Quittant verger avec congénères

Tassées dans la comporte.

Trop occupée à garder sa place,

Le coude de l’une dans les flancs,

Le pédoncule de l’autre dans le f…

Avait ressenti le soubresaut

Sans y associer du pont la traversée.

Celui-ci, enjambeur de ruisseau,

Eden à toute botte trempée,

N’ayant vu de sa longue vie

Une pomme venir sens inverse,

De la ferme aux champs.

Ne trouve pas l’exception cocasse,

Se dresse sur le chemin.

« Une déserteur ! » crie-t-il,

Lui qui n’a pas de voix.

Courroux n’est réverbéré

Que par faibles clapotis sur son pilier.

À ce silence dénonciateur,

Nulle réaction alentour,

Nature pleutre, animaux sourds,

Se moquent qu’on dissidente la règle.

L’élan aidant,

Pom’ + caillou passent pont sans tourments,

Reprennent vitesse dans sa courte pente opposée

Arrivent aux racines visées.

Photo de pont non contractuelle/ l’écrivaillon réfute toute ressemblance avec le pont ici raconté

Publicité

Ron-ronne-moi un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s