Le caillou XV

Une fois, il choisit la droite.

Pavée d’or, charmeuse, celle-ci avait tout de l’idyllique destinée.

Elle se révéla vite dure et intransigeante et son chemin fut pavé d’intentions pas jolies-jolies.

Caillou s’adapta, devint à son tour dur et intransigeant, au mieux de ses capacités, et cela plut aux durs et intransigeants qu’il croisa, et ceux-là décidèrent de l’élire roi de eux.

Caillou s’adapta, compta combien de cailloux avaient été intronisés avant lui et se fit donc appeler Caillou XV.

Le contrat de roi le stipulait : il devait toujours redoubler de dureté et d’intransigeance !

Caillou pour qui un contrat est un contrat s’exécuta et, devant sa parfaite dureté, devant son accomplie intransigeance, tous se soumettèrent, tous le craignirent chaque jour davantage, tous l’acclamèrent à en redemander car tous ne voulaient pas finir noyés dans le lac un sac de cailloux attaché aux pieds.

Oui, Caillou XV était prêt à sacrifier ses semblables pour qu’ordre intransigeant et dur soit maintenu.

Le boulot, c’est l’boulot !

La vie s’écoula pas-paisible pour tous.

Un jour, entre deux exécutions, Caillou XV se baladait en son palais des miroirs, s’observant en chaque glace, et toutes, sans attendre ses questions, de lui répéter qu’il était le plus ciselé, le plus dur, le plus intransigeant des cailloux, et lui d’écouter et de s’abreuver…

Passa devant une alcôve jusqu’ici passée inaperçue.

Dans l’alcôve, reclus car paria parmi les siens, un miroir.

« Que fais-tu là, miroir ? » dit le caillou.

« Je suis reclus dans cette alcôve inconnue car paria parmi les miens ! »

Ce miroir sortait des poncifs poncifiants.

Puis plus rien. Pas de « Comme vous me semblez dur !!! » ou de « Vous êtes le phénix des intransigeants de ces murs ! ».

Rien.

Nada.

Caillou trouva le muet fort effronté, le condamna à finir au lac.

Le lendemain, on ramassa des cailloux qu’on mit dans un sac. Et on fit un noeud au sac. Et on attacha le sac au miroir. On amena le tout au bord du lac.

La sentence allait se réaliser. Tous étaient venus voir l’exécution : petits fours, canapés de brocolis bio, la réception était un succès.

Caillou XV observait son peuple et il eut révélation ! Il observa le drame dont il était père, ses pairs maltraités, lui intransigeant et dur, eux tous brimés et martyrisés, à manger du brocoli bio, ce miroir qui allait couler.

Caillou eut un frisson.

Il stoppa tout, abdiqua, partit à gauche.

Publicité

2 réflexions sur “Le caillou XV

  1. L’association de défense des miroirs poncifs poncifiants en fond d’alcôves sera sans nul doute heureuse de te remettre le poncificapalmier de l’année, Patte, pour ce très beau témoignage d’un sauvetage rien moins que miraculeux dont le moindre fond de tain doit bien remercier du grain du cœur la décision de caillou XV d’aller vers la gauche radicellisée.
    Pour les canapés, il est à supposer que la polarisation en surface de l’eau du lac brocolisera biologiquement ce régime en démultipliant son pouvoir natatoire et le monde continuera de tourner.
    Merci d’avoir relayé toute l’info avec autant de brio, Patte.
    Ton talent journalistique n’est plus à démontrer, mais bien reconnu de tous.
    Je signe : Une fan populaire de toi.

  2. Je pose là la 6ème étoile pour ton commentaire, Jo !!
    Qui pouvait mieux résumer le fameux et méconnu « Pouvoir natatoire » ?? Qui ?? Personne !!!
    Mon talent journalistique n’en peut plus de tant de complimentarisme à son égard, il te remercie

Ron-ronne-moi un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s