Un souffle autre : épisode, 20ème du nom

L’affrontement fut frontal et la brutalité brutale, mue par une sauvagerie sauvage, un aveuglement doublement borgne et une folie démente.

En retracer trame demanderait un talent scriptural divin… Allez, je tente…

Les humains attaquèrent par la droite, les yacks choisirent leur gauche et, ainsi, la rencontre eut lieu, bord de falaise, orienté Nord-Sud-sud, exposé vent d’Ouest-est-est.

Combien tombèrent ? La légende ne le recense pas car la légende a de la pudeur… Pas plus de cinq.

À la fin quand moins ils restèrent, quand la rage s’était tue et la colère auto-baillonnée, des rescapés (ensemble que nous nommerons ici X – 5) nul ne sortit vainqueur.

La guerre, quelle P… de B… de M… de salop…ie !!!!

Oui, tel fut le froid constat, constat osé tant il est audacieux de mettre le nombre de morts sur les compte des armes.

Ce raccourci propagando-pacifique digéré, chacun partit de son côté, yacks vers le bas, humains vers le haut.

D’où le fameux théorème : (X – 5) = (1/2X – 3) + (1/2X – 2) = X²/X² – 5 = X²*X²/ (X x X x X x X) – (2+3) = (Y – Z + P – F + L)/ (M + O -10 + 7)

Ron-ronne-moi un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s