Apnée 7.2

Fin devait être le mouvement, fine la pause de pied.

Päatroy progressait avec méthode. Banquise semblait endormie mais, il le savait, le moindre relâchement de pensée lui serait fatal.

Car Banquise ressentait toutes peurs, fondait sur l’imprudent penseur, mordait et se refermait sur lui à jamais.

Ouis, rien que ça !

Aussi était-il en apnée de pensée depuis qu’il s’était introduit, laissant à distance les nuages qui pourraient fendre le sol et assombrir son destin.

Seul lui importait de retrouver Ijdraya et ses sens aiguisés le guidaient, en quête d’un indice, d’un son, d’un appel.

Nul écho. Le désespoir vint toquer à la porte et, immédiatement, il sentit la glace se craqueler.

Il stoppa tout, retint autant qu’il pût doutes et inquiétudes. Le sol vibra encore un peu mais rien ne bascula. Banquise se rendormit.

Une nouvelle ondulation. Dans l’air, cette fois. Une ondulation familière, chaude et rassurante.

Un murmure dans sa tête. Une voix connue. Oïyok, son père, lui susurra « Elle n’est pas là »…

Il frémit. La glace se brisa devant lui.

« Suis-moi ! » lui intima l’onde, glissant dans sa main pour qu’il la suive.

Päatroy fit demi-tour.

Il la suivrait. Vers Ijdraya !!

Une réflexion sur “Apnée 7.2

Ron-ronne-moi un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s