Un nouveau-nouveau souffle

OÏyok mis en bocal, fallait monter une équipe valeureuse car la route serait longue et les épisodes nombreux.

Trouver du valeureux prêt à affronter les 1001 éléments (car au Laarr¨d’Flygtuck, les cinq classiques avaient appelé quelques amis) pour atteindre un Nord-nord-nord-nord fort lointain-lointain ne serait pas aisé.

Bien sûr, Ijdräya et Paatrök l’accompagneraient tous deux, ainsi que flamme mais fallait encore deux équipiers à cette bande pour envisager le départ.

Les volontaires n’étaient pas légion.

Peu se désignèrent.

En fait, aucun ne se désigna.

Bref, il n’y avait personne.

Le vieux Füg et l’ancien Vasssk furent les heureux perdants de la tombola organisée à la va-vite.

Füg, bien que vieux, guidait un traîneau tel le morse glisse entre les congères, et Vasssk, quoiqu’ancien, cuisinait la dernière tendance des meilleures tables des plus grandes métropoles modernes.

Autant dire qu’ils seraient fort utiles quand route deviendrait difficile et menus peu variés.

Deux traîneaux furent chargés de victuailles, fagots de pingouins, litres de breuvage-qui-réchauffe, couvertures-qui-réchauffent et chaussettes-épaisses-qui-réchauffent.

Les cinq+cendres prirent route vers le Tysssskät.

2 réflexions sur “Un nouveau-nouveau souffle

Ron-ronne-moi un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s