Couve-fin

Examen réussi.
OÏyok nouvellement-dieudisé OÏyok se vit remettre l’étole, l’auréole, le halo de fonction ainsi que le fascicule « Premiers pas en Olympe ».
Passage obligé : créer son compte personnel sur le site officiel des Dieux et divinités.
Il renseigna comme demandé : Nom, Surnom, invocations d’usage, dates d’apparition, lieux d’apparition, église rattachée.

Enfin, pas le moindre des choix, choisir les options de pouvoirs.

Il tenait à « Déjouer les marées », « Pourfendre les icebergs » et « faire apparaître les aurores boréales ».
Ne restait qu’à cliquer et c’était validé.
Ne restait qu’à cliquer…

OÏyok quand-même-bien-un-humain OÏyok ressentit soudain tout le poids porté par ces êtres supérieurs, cette nécessité de toujours rester impérieux, divin, porté, transportant, et Oïyok se demanda si cela était pour lui.

Comme il avait quelques jours de battement avant que l’inscription ne devienne caduque, il descendit de la montagne des dieux, rejoignant le lieu où Pkatrök et Ijdraya il avait laissés.

Trois années du Laarr¨d’Flygtuck s’étaient écoulées sans qu’il ne s’en soit aperçu.

Ses enfants avaient chacun construit leur igloo respectif, elle étant désormais reconnue comme une grande chasseuse d’orques sanguinaires, les harponnant par deux, les découpant par trois dans sa chambre réfrigérée aux dernières normes, les vendant enfin sur les marchés aux amateurs de bonne chère bien chère.

Lui, qui avait toujours aimé jouer de l’aiguille, confectionnait des habits, costumes, paréos en peaux de pingouins roux, lapins blancs ou morses gris qui s’arrachaient jusque dans le Sud-sud et le loin-Ouest.

Flamme avait grandi encore, et essaimé tout autour d’elle et de nombreuses personnes, attirées par lueurs et cris de joie, étaient venus, avaient construit leurs chez-eux en l’endroit.

Tous semblaient tant heureux.

Sans regrets aucuns, Oïyok merveilleux Oïyok dit « Adieu » à ces rêves de bon-diosité qui n’étaient pas siens.

Il prit son piolet, saisit un gros morceau de glace et commença à tailler le premier bloc de son futur igloo.

Un très bel igloo avec, il l’imaginait déjà, une grande terrasse exposée Sud-sud.

Au Laarr¨d’Flygtuck, faire une terrasse au Nord-nord serait idiot.


Une réflexion sur “Couve-fin

  1. Chasseurs d’Orques de Barbarie, tailleurs de costumes en peaux de yaourts, et puis tailler la glace au fameux piolet Charlet-Moser crampon, tout cela est digne d’une saga citée d’igloo taillé à la lumière des cris de joie d’une flamme boréale, bindidonque ! Quand chameau nie, dans glace épris.
    Proverbe Barbare Orquaisien du Briançonnais.
    Piolets et crampons, voir page orange :
    http://gerard.chantriaux.pagesperso-orange.fr/materiel/pioletdl.htm

Ron-ronne-moi un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s