Couve-feu 7

Ces fichus pingouins s’étaient laissé grignoter jusqu’à l’os et Oïyok et les siens n’eurent autre choix que de revenir, sinon à la case départ au moins à l’épisode précédent.

Fort heureusement, en quittant les pays-des-1001-vents, ils n’avaient fait que monter.

Ils pourraient donc profiter de cette pente pour retourner en des lieux où le mât qu’ils avaient fabriqué en assemblant 6 dents de morse et la voile en peaux de pingouins pourraient pleinement remplir leur rôle-moteur.

Les vents les attendaient et, quand ils les virent, ils vinrent tous, au moins 1001, plus sûrement 1002 et ils commencèrent à s’échauffer, souffler, ruer, renversant tout ce qu’ils trouvaient sur leur passage, ronflant de colère, tonnant de fureur.

Bref, cela allait chauffer pour nos amis et ce n’est pas faute de flamme.

Celle-ci tanguait avec les soubresauts de la descente et nos amis plus encore autour d’elle se resserrèrent.

Un ventillon, turbulent comme pas un mais plutôt deux, si pressé de se hâter de souffler dans leurs bronches, mordillait la frontière, mordillait presque trop, mordillait tellement qu’il en vint à trop mordiller, à surtout dépasser et, les lois ont cela d’inflexible qu’on ne peut les tordre, il était FOR-MEL-LE-MENT interdit aux vents de souffler au pays des sans-vents.
L’outrage provoqua stupeur parmi les vents, et tous se figèrent un instant, et Oïyok et les siens s’engouffrèrent dans l’instant…

Les vents se reprirent et… À courser le traîneau lancé, quelques vinrent lui chatouiller les voiles et, plus ils chatouillaient, plus le bolide prenait de l’allure, alors ils redoublaient de force et revenaient aux trousses mais rien n’y faisait, il reprenait quelques pas d’avance.

Sorcellerie auraient dit certains qui croyaient à la sorcellerie !!! Effet de marée pour ceux qui croyaient aux influences lunaires !! Conne évidence préféreraient ceux qui réfléchissaient un peu.

Et un vent, pas le plus vieux mais quand même, un qui avait bourlingué à travers globe stoppa tout. Et tous ils stoppèrent.

Et ils virent le traîneau s’éloigner, s’éloigner… Mais… De moins en moins vite… Et même… De plus en plus lentement… Voire… Il ralentissait tant et tant qu’il en vint à se stopper.

Et ils chargèrent !!

Ron-ronne-moi un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s