Cette colère

 

Aalio WallpaperStudio10-203756-1680x1050

Si laide à mes yeux

Que je l’étoufferais sous oreiller.

Boucan

Que j’ai voulu faire passer dans un chas.

Cette aiguille qui taquine ma tête chercheuse,

La balade.

Envie de frapper l’air,

Le souffle l’enverrait respirer ailleurs.

Un corps cintré

Dans le mensonge

D’être bien, d’être sage.

Colère en cage

Suffoque de frapper à la grille,

S’aimerait dehors

Quand j’ai tant peur qu’elle inonde tout.

Tu grondes, t’échappes par bribes.

« Cache-toi encore un peu… Bientôt, bientôt, tu pourras…

Quand je n’en pourrai plus… »

Tu rugis.

Toujours une écoutille que je ne pourrai fermer.

Un jour, le printemps,

Au temps des grandes aérations,

Portes ouvertes,

Tu tempêteras en torrent.

J’en serai vidé,

 Vase clos brisé.

 

Publicités

Ron-ronne-moi un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s