Notre Drôme des pourris épisode 10 : un épisode qui, à une tonalité de blanc près, a failli ne jamais exister

Épisode 9

s-l1600

Flanagan retira dé-li-ca-te-ment, sou-ple-ment très-sou-ple-ment la pince à désamorcage. Le fil noir était intact et Ingrid et lui avec.

Sans l’intervention souple très souple mais, surtout, judicieuse très judicieuse de sa secrétaire, Flanagan, constellation-star du Monde des détectives, ne serait plus qu’une poussière d’étoile, du style dont on oublie dans l’instant les faits d’armes et les arrestations à base d’armes également !

Le fil chocolat blanc était bien beige. Il le coupa puisque c’était celui-là qu’il fallait couper et la bombe s’arrêta à 1 cm de l’explosion. Ils avaient évité le pire encore une fois !

Une question saisit Flanagan ! Comment avait-il pu confondre « chocolat blanc » et « beige », lui qui avait l’œil absolu, reconnaissant entre tous un vert carmin ou un rouge prairie ?

La réponse se trouvait à l’intérieur de la poubelle : Du rutabaga végétalien-bio périmé de 8 jours, sa Kryptonite (voir, lire et déguster « Flanagan-Johnson contre Sibélius et Superman en suivant »).

Seul le dodo, son moriartesque adversaire, savait sa faiblesse. Le complot était donc contre lui. Le volatile avait tenté de l’occire à base d’un décès létal, ni plus ni moins.

Le commissaire divisionnaire Thomson, qui avait repris ses esprits maintenant que le danger était passé, n’hésita pas ! Attenter à un représentant de l’État répressionnaire d’Urgence était inconcevable… Dans la mesure où l’idée d’un État d’urgence était concevable… Ce qui était le cas !… Semble-t-il !!

« Demandez ce que vous voulez et je vous l’obtiens, Flanagan ! Ce dodo ne doit plus nuire ! Faites m’en une espèce réellement disparue !

– Je le ferai, Monsieur ! Pour la nation ! »

Que faire ? A qui demander de l’aide ?

« Ingrid ! Trouvez-moi le numéro perso de Sibélius ! Je vais avoir besoin de lui ! Mais faites ça souplement très souplement ! Il ne faut pas inquiéter la population ! »

Faire appel à Sibélius, boîte de Pandore en bure, détective hors norme d’après la légende -et certaines des nonnes de son ermitage, perché là-bas en Outre-quiévisme, un pays froid, dur, plat, très plat- n’était pas la moindre des décisions mais il fallait la prendre et, quand il fallait prendre, Flanagan prenait…

Il faudrait un plan d’attaque pour débusquer le dodo et Sibélius n’était pas le dernier quand il fallait, au pire, finir antépénultième !

 

9 réflexions sur “Notre Drôme des pourris épisode 10 : un épisode qui, à une tonalité de blanc près, a failli ne jamais exister

  1. Mais c’est de l’acharnement !! gniiiiiiiii !
    j’ai revu hier soir l’age de glace numéro 1, il y a un passage très drôle mais très humiliant pour les dodos… tu n’as pas fait partie de l’équipe de tournage ? ça expliquerait ta hargne ! Allez, Diego, sors ta patte de l’encrier….

    • Oh gros Dodo, sachez que l’âge de glace, spécialement le numéro 1, m’a servi de guide, de bénédicité, de morale et de mentor toute ma vie ! Chaque fois que je le regarde (c’est comme lire « Le petit Prince ») j’y trouve une nouvelle inspiration pour guider ma vie et me conduire sur les chemins de la réussite intellectuelle, spirituelle et académique. Ca ne m’étonne donc guère que le Dodo soit devenu le chasseur N° 1 de Flanagan-Johnson mais vous allez trouver à qui vous avez à faire !

      Cher concurrent et néanmoins zami, Flanagan-Johnson vous-même, dans 4 jour, 36 minutes et 64 secondes (et cela très souplement) j’entrerai en contact avec Ingrid de manière rapprochée. Gare à nos ennemis communs de l’Etat avec un grand T et de tous les autres avec un grand Z. Comme dans Zorro évidemment dont nous sommes les dignes successeurs ! A tout bientôt dans le plus grand secret d’alcôve. Votre concurrent et néanmoins zami, Sibelius, né Petulo Clark, moine, détective, gymnaste, plongeur qualifié, cuisinier.

  2. Que du beau monde, à inviter à l’office de l’âge de glace en latin du dimanche matin 11h00 dans toutes les bonnes églises. Pour aller dire deux « je vous salue Dodo » plein de grâce après le baptême et l’hostie.
    Et puis, tenter de se faire occire à base d’un décès létal, tout ceci cela n’est pas anodin. J’admire Ingrid, qui a toujours la petite remarque impertinente qui sauve tout, et qui a eu la présence d’esprit de rester pertinente. Mais à ce propos, silence le plus radio possible, puisque la tentativation a échoué.
    Réunir les meilleurs enquêteurs laisse songeur le lecteur. Visiblement, le Dodo disparu n’est peut-être pas prêt de l’être.
    La bio-alarme n’est pas franchement inutile de la dernière pluie. A 4 secondes près, ça faisait presqu’une minute de plus. C’est fou, non ? Même le temps est traqué de travers.

Ron-ronne-moi un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s