Notre Drôme des pourris épisode 4 : un épisode sérieux, organisé et qui reprend le cours chronologique de l’histoire

Alors… Dans l’ordre d’écriture, vous venez de là… MAIS… Chronologiquement, vous arrivez d’ici !

index

Conformément aux voeux exposés dans le texte par son anonyme auteur, la lettre fut replacée dans son enveloppe d’origine et incinérée immédiatement après la fin de l’autopsie; les cendres seraient ensuite dispersées pendant un largage de chemtrail au-dessus du périphérique Sud de Montélimar.

Devant l’institut scripturo-légal désormais fermé jusqu’à Lundi, 8h, Flanagan débriefait plusieurs policiers sur sa visite au 6, rue des allumettes, chez le sieur Dodon, docteur en Paressologie carnetolistique qu’il soupçonnait d’être soupçonneux dans l’affaire.

Le commisaire divisionnaire-en-chef Thomson l’harangua :

« Vos élucubrations élucubratives nous agacent, Flanagan ! Laissez la police faire son travail et retournez plutôt vous occuper des chiens écrasés ! »

Thomson ignorait que Flanagan avait déjà élucidé l’affaire : un chat avait fait le coup !

Il se garda bien de répondre. Il était un paria, un maudit, jamais ils ne l’écouteraient, jamais ils ne le croiraient. Flanagan baissa la tête, las de toujours devoir se justifier.

Comme un seul homme mais à plusieurs, les policiers s’éloignèrent munis de leurs sourires narquois réglementaires (Art 145.45 du code policier-d’état-d’urgence : seuls les personnels assermentés sont autorisés au port de sourire N7A45 – permis de port de sourire Narquois Ah45 obligatoire).

A cet instant, une main effleura son épaule. Une brise telle la délicate caresse d’un soir d’été quand la rosée naissant d’une évaporation close vient embrumer la prairie et noyer les pistils encore déployés des fleurs en pâmoison.

C’était le caporal Andrews. Celui-ci faisait partie du groupe d’intervention en effleurage d’épaule furtif, le réputé GIEEF.

Sa réputation n’était plus à faire mais elle se confirmait encore une fois.

« Flanagan, je vous crois ! Racontez-moi en détail ce que vous savez ! »

Épisode 5

10 réflexions sur “Notre Drôme des pourris épisode 4 : un épisode sérieux, organisé et qui reprend le cours chronologique de l’histoire

  1. Oh mince. Je voulais savoir à quoi menait l’effleurage non radioactif. C’est extrêmement agaçant que Flanagan-Johnson fût non cru. Un scandale, oserais-je arguer de toute la force de mon gosier amydalé.

    • Il est bien explicité dans la notice, qu’au-delà de 40°, Flanagan bout ! Or, il est scientifiquement prouvé qu’un corps porté à Ébullition (la température, pas la ville !!) n’est pas loin de finir en angle droit !

  2. La réglementation strictement angulaire de ces enquêteurs ne tiendrait-elle pas ses racines de l’arithmétique quantique chez la calorie à gorge déployée ?
    Je vois que toi aussi tu gardes les notices, qui restent d’une grande utilité en cas de doute dans les procédures.
    Décidément, ce Flanagan n’a pas fini de nous surprendre…

Ron-ronne-moi un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s