Requiem pour un cercueil en bois d’arbre

racines-darbre-L-t6Zu7F

Jusque là, leur fuite avait été facilitée par la pente constante et descendante et donc, courrait, roulaient, sautillait, nageaient avec aisance quand, un drame de plus dans une histoire à grosses rallonges qui en déborde, le caillou 5 se luxa un sédiment sur une racine d’arbre.

C’était moche à voir. Il semblait souffrir, Aïe ! Il semblait avoir mal, Ouille !

Persiliade proposa de lui remettre en place mais elle ne fit qu’en effriter maladroitement un bord.

C’était sans espoir, il fallait se rendre à l’évidence, 5 ne pourrait aller plus loin !

Conciliabule fut tenu et, bien à regrets car les 6 autres s’étaient attachés, que le poussin se rappelait comment, quand il avait fait ses dents, l’autre avait été présent, que Persiliade avait une affection particulière pour son grain de pierre et que les deux dauphins étaient juste deux grosses chochottes -surtout Ingrid- qui, à chaque coup de Trafalgar, se mettent à pleurer… Où est-ce juste de l’eau qui ruisselle sur eux, éternelle question que même 3 visionnages de l’intégrale de Cousteau n’ont pas suffi à résoudre ?… Bref, après tant d’atermoiements qui les mettraient en retard pour attraper leur correspondance pour la liberté, ils décidèrent d’achever le blessé et de l’enterrer fissa avant de filer.

Il eut droit à des dernières volontés exaucées et, bien qu’étant de marbre, accepta de se contenter d’un petit lopin de terre acheté à la hâte face à l’usine de menthe à l’eau ainsi que d’un cercueil en bois d’arbre, anecdote hilarante qui donna à cet épisode larmoyant son titre.

Quand il poussa son dernier soup… Non… Comme il rendit l’âm… Non plus… Zut !!! Instant gênant… Comment s’éclipser avant la fin sans que ce soit mal perçu ?

Les 11 autres cherchaient comment noyer le caillou quand, heureux dénouement, ouïrent les chiens, remis d’une extinction de voix qui leur collait aux pattes à force de gu… comme des putois sans arrêt… Une chose que ne ferait jamais un chat !… Bref…

Avertis par les aboiements proches, proches, salement proches, les 11 creusèrent à la hâte, collèrent leur ex dans la boîte, cloutèrent proprement parce qu’après, y a de tout qui rentre et ça peut vite être dégueulasse, puis il y a des germes qui se développent et on peut vite attraper quelque chose de mauvais, l’installèrent dans le trou, rebouchèrent… Deux secondes de recueillement… Un caillou voulut dire un mot mais il ne put sortir un son… L’émotion sans doute !

Ils reprirent route, laissant là leur compagnon.

 

7 réflexions sur “Requiem pour un cercueil en bois d’arbre

  1. Notons que même chez les cailloux, la luxure est source des pires enquiquinements…. j’aime que l’auteur parsème ainsi de préceptes de haute morale un texte d’apparence primesautière.

  2. Nul n’est à l’abri d’une morale quand il s’agit de mise en bière, surtout de la trappiste, alors que l’Orval (des Orvaux) se fait rare mais juste. Je propose une minute de silence et une prière de piété afin que le caillou cailloute dans la vie éternelle. Ainsi soit-il.

Ron-ronne-moi un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s