Trois âmes et un poussin

Pendant que la flore faisait migrer qui non-de-droit … Nos 11 héros valeureux fonçaient qui dans l’eau qui à terre vers le village vosgien où Gepetto, le menuisier magique du cru, saurait peut être  -Qui sait ? Je l’ignore, tu l’espères, l’exaucera-t’il ?-  réaliser leurs vœux multiples et variés.

Ils ralentirent le pas comme ils approchaient d’une sombre forêt qui n’était autre que la cousine germaine de la première sus-visitée. L’expérience aidant, ils y entrèrent sur leurs gardes, forts de rumeurs sur d’odieux brigands détroussant tout ce qui était de pierre, de poils ou de Jacques.

Né d’une sainte coquille et fait de poils, Guy, notre poussin, n’en menait guère large quand, la nuit tombée -car la nuit tombait à intervalles irréguliers dans cette histoire- il dût assurer son tour de garde entre 3h18 et 5h22 du matin, à l’heure des loups, des hiboux et des musaraignes.

Pour rester éveillé, il se parlait. Discussion se déroulant, il trouva étrange le brouhaha qu’une unique voix pouvait provoquer. Il se tut, reconnut le timbre singulier de sa conscience, la bavarde s’étant invité dans le monologue, mais, quand même, elle faisait beaucoup de bruit. Il lui demanda de se taire deux secondes. Surprit ainsi -les coquines- deux autres p’tites voix qui entretenaient la papote l’air de rien.

« Tu comprends ! Ce statut d’intermittent de poulailler, toute cette pression pour devenir un coq sans compter l’ascenseur social qui, faute de postes disponibles, et devant l’obligation de n’être qu’un par ferme, crée irrésistiblement…

– Si je vous dérange ? » les rudoya Guy qui n’était déjà pas d’humeur à écouter sa propre conscience alors deux clandestines…

« Pardon ! » lança la première. La deuxième claironna : « Nous n’avons pas saisi le ton de votre propos !

– Que faites-vous dans ma tête ? Celle-ci est bien trop petite pour loger pour loger trois âmes.

– D’autant… » souligna la conscience officielle « ... qu’il faut un permis de pérorer ! Si vous n’êtes pas en règle, vous dégagez !

– Tranquilles ! Nous ne sommes que de passage ! Nous sommes des consciences de la forêt ! D’habitude, on fait dans l’écureuil ou les magnolias sauvages… On voulait changer mais…

– … Ah bravo ! On m’avait vanté le domestique ! Tu verras, c’est sympa, c’est convivial !… Ben, vu l’accueil !… Viens, Sylvie, on se casse !!! »

Le poussin fut saisi de frissons et, en un instant, les deux voix firent silence. Il regarda sa montre. Il n’était que 5h01… Il restèrent seuls avec sa conscience pas plus rassurée que lui. P… de B… de M…, vivement 5h22.

Publicités

10 réflexions sur “Trois âmes et un poussin

  1. J’ai résisté vaillamment à la tentation de cliquer sur un lien, la dernière fois que cela m’est arrivé m’a fait faire un détour de plusieurs dizaines de lieux, même si ça me bottait, j’en ai un peu perdu le nord de la boussole ! Là je sais je suis à l’ouest où tout est nouveau, même les consciences existent puisqu’elles parlent.

    • Quand je suis perdu, je cherche toujours l’Est et, quand je l’ai trouvé, je pivote à 180 ° et je me retrouve face à l’Ouest ! De là, j’oblique d’un quart de moi vers la gauche -pour trouver la gauche, je cherche ma droite et… C’est une autre histoire !- et j’ai le Sud ! Une p’tite astuce qui a, jusqu’à présent, toujours fonctionné !!… Et oui, Merci pour Flippé et Ingrid d’avoir revisité tout leur historique, je me suis replongé aussi et j’ai vu que j’avais zappé le lien vers l’ultime texte !! Merci à toi !!

  2. J’ai relu mais je vis que la conscience officielle n’a pas de nom, je la reconnais bien là ! Quant à Sylvie, et l’autre gugusse, c’est des sans abris, faut pas les écouter, c’est aussi clair que le roquefort. Je me ferais bien porter pâle pour aller soutenir le Guy tout seul mais j’ai aussi peur du noir que lui, on n’est pas dans une B… de M… de situation.

      • Tiens, j’en parlais pas plus tard que chez Anne, de Dagobert. !
        ! ! ! Que de conscience en un seul poussin ! ! !
        Je me disais que 21 minutes pouvaient être très très longues. Pour peu que le loup y soit. Est-ce qu’un poussin peut construire une maison en paille ?
        Est-ce qu’une conscience peut perdre des plumes ?
        Que de questions existentielles soulève ce nouvel épisodus ! ! !

  3. Sans vouloir influencer l’histoire, :-), ce qui serait excitant c’est que le poussin ressemble trait pour trait à un chat tout en restant poussin jusqu’au bout des griffes.

Ron-ronne-moi un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s