Flippé, Ingrid et les douze coups de l’inuit

On en était en plein suspense… Et donc…

Le manège dura 6 mois entiers. Ou presque. On décompte exactement 178 jours, 15 heures, 28 minutes et 34 secondes.

Ils réveillaient Flippé en lui faisant respirer des sels qui ceux se trouvant dans l’eau qui ceux imprégnant l’herbe avoisinante et, comme celui-ci reprenait ses esprits, voyant tout ce sel, réactivant aussi cette phobie que l’on qualifierait de phobique pour amplifier si besoin est le côté… Phobique de la chose. Bref, Flippé s’évanouissait à nouveau.

Voyez le schéma ! Cela dura 6 mois ! … Enfin !… Pas tout à fait 6 mois comme nous l’avons vu plus haut.

Ils s’étaient tous relayés, Ingrid, Marraine sa psy, un mouton… Deux moutons… Trois moutons… quatre moutons… Et…. Zzzzz

Ouh ! J’ai bien bien dormi !… Aaaah !! C’est chouette, j’en avais besoin en même temps, je… Oh mais vous êtes là !… Pardon !

Je reprends.

6 mois, pas tout à fait en fait mais bon, s’étaient écoulés sans autre résultat qu’un Flippé inconscient puis conscient puis tout de suite inconscient quand, un des moutons dit « Bèèèèè » ce qui coulait de sens quand on y réfléchit parce que 6 mois à ce rythme, c’était presque 178 jours de trop !

En plus, pour ne pas arranger l’histoire, en 6 mois pas tout à fait, pas une marée haute ! Rien ! Juste 2 ou 3 marées moyennes pour entrecouper les marées basses.

Le coup de déveine coïncidental qui vous pourrit une histoire. Ou du moins l’enlise. Comme notre Flippé qui commençait à s’agglomérer de l’aileron dorsal avec la vase avoisinante.

Marraine la psy, qui faisait des allers-retours réguliers entre Oléron et la Baie de Somme revint accompagnée d’un eskimo.

Un vrai hein ! La production ne se refuse rien ! Un eskimo avec tout l’attirail, le harpon en os de baleine, le manteau en fourrure de phoque, les chaussons en peau d’orque, les moufles avec revers doublé en ours blanc, les lunettes avec branches en bec de marsouin. Un vrai !

Harpon avez-vous oui ! Eh oui ! Celui-ci prit l’arme et… Oh mon dieu !!! Allait-il en être avéré de l’histoire trépidante de notre ami dauphin ?

Le leprechaun ne fait pas bouillir la marmite avec la poule aux oeufs d’or à l’intérieur ! Pas fou l’auteur !

L’eskimo made in Groënland dit un truc genre « Ufff fluk stuck plok ! »* Et ainsi fut fait. Il usa du harpon comme d’un pied-de-biche… Oui, j’ai poussé moi aussi un grand « Ouf ! » de soulagement quand j’ai écrit ça… La trouille ! J’ai cru me faire une « Game-of-Throne » mais non !

Bref ! Croyez-moi, croyez-moi pas ! Oïyok, notre brave gars du Nord-Nord força, 1,2,3 jusqu’à 12 fois et tous l’encourageant en criant « Uff » puis « Fluk » puis « Stuck »… Et enfin « Plok » fit le dauphin quand, sous l’effet d’une traction longitudinale de l’eskimo sur son levier de fortune, il fut projeté hors du trou d’eau.

Flippé rebondit dans l’herbe, rebondit et rebondit encore jusqu’à replonger dans l’eau mais, cette fois-ci, dans un bras de mer rejoignant la Manche.

Il se réveilla et commença à nager. Ouf ! Il était sauf.

« Ufff » « Fluk » « Stuck » puis « Fizzzz » -oui, il semble que cela fasse « Plok » ou « Fizzzz » de manière aléatoire-  fut, de la même manière fait pour Ingrid qui atterrit au même endroit. Belle régularité dans le geste.

Ils étaient libres ! Que d’émotion aujourd’hui, dîtes donc !

* « Ufff fluk stuck plok (ou Fizzzz) ! »est une marque déposée

Publicités

14 réflexions sur “Flippé, Ingrid et les douze coups de l’inuit

  1. Même moi, j’ai eu peur, et je n’ai peur de rien à mon âge ! Mais le coup de l’eskimo au harpon pluck me fit des glounk dans le dos. Faut ménager les vieilles lectrices car, quand même, on est un certain pourcentage du lectorat, non mais ! Faudrait pas que je fasse broum avant de connaitre la fin.

    • Ne crois, chère Anne, que je sois un auteur inconscient et peu soucieux de son lectorat. Cependant, une majorité de ce dernier s’est déjà prononcé pour « décéder d’émotion » plutôt que de « trépasser d’ennui » sachant que 100% des votants peut se réserver le droit de « Juste avoir une Near-death-expérience de plaisir » ce que je trouve très sain et consciencieux de sa part !

  2. L’harpon à la mode esquimau, coupez-moi ce fil de pêche tout d’suite !
    On se croirait dans les dents de la mer.
    Heureusement, tout est bien qui finit bien. Même la marque déposée, mais où ? L’histoire ne le dit pas.

Ron-ronne-moi un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s