J’ai raté l’atelier…

Ah ben bon… Boh !

Quelle joie je me faisais -et quand je me fais la joie, en fait, je fais mes griffes sur quelque chose- de participer à cet atelier d’écriture…

Manque de pot, ou plutôt énoooorme conspiration, tous les autres participant(e)s se sont donnés le mot pour faire ça Vendredi dernier il y a huit jours !

Oui, com’ j’vous dis ! Voyez un peu l’ignominie, ils ont poussé le vice jusqu’à respecter la date prévue de l’atelier qui devait donc avoir lieu, je vérifie, excusez-moi… Vendredi dernier.

Il y huit jours ! Le même jour oui ! Trop de coïncidence pour que cela ne vire au complot !

Affront intolérable ! D’ailleurs, je ne le tolère pas !

Je trouve ça abusé que des personnes, sous prétexte qu’une date a été prévue, la respectent au détriment de moi.

Abusé !

Du coup, tombé nez à serrure avec la porte close de l’immeuble, je n’ai pas lâché ! Aaaaaah ils auraient voulu !!! Ils auraient tant aimé !!! Ils en rêvaient, j’en suis sûr ! Je les entends se gausser de mon désarroi ! Les vils, les ingrats, les rustres, les malotrus, les… Les ponctuels !

Tout ça sans rien me dire qui plus est ! A part le mail il y a un mois plus celui de rappel il y a dix jours, rien ! Pas un selfie « Je me shoote en direct com’ que j’écris de l’aut’ main », pas de sms « Wah grav’ Où Té ? », pas de roman écrit à plusieurs  vantant leur tragique destinée que de devoir, sans moi, mon aura et mon égo, traverser ces trois heures s’annonçant naufrage scriptural. Du coup.

Rien ! Avouez que cela dépasse toute impolitesse ! A m’hérisser les poils ! Mais je fais le dos rond.

Je me suis assis sur le trottoir et j’ai écrit, à même le sol !

Eh oui ! Mouchée leur tentative de baillonner l’exceptionnel talent qui inonde chaque ridule de chaque vaisseau de chaque artère de ce corps.

Et donc, j’ai pondu cette magnifique histoire du lapin en chocolat, mort d’avoir eu de trop jolies oreilles ! Un conte de Pâques mais pas que… Il faut aussi lire derrière l’histoire émouvante l’impitoyable saignée pamphlétaire visant à dénoncer une société prête à sacrifier les plus faibles… Dont notre lapin au chocolat.

Notre prince des forêts qui fut rapidement guillotiné sur l’autel de la lutte anti-dépression car il fit l’erreur d’être tout de noir fabriqué. N’ayant point de millepertuis en chocolat, c’est lui qui fut pris en chasse.

Même ses deux incisives étaient noires… Ce qui n’est pas le gage d’une alimentation fort correcte. Mangeait pas que des carottes, lui ! Devait fumer quelques cigarettes, fussent-elles faites du même métal que lui.

Mais bon, s’il tenta bien sa chance d’acheter la survie d’une patte en échange de deux oeufs tout dorés qu’il avait trouvés dans un bosquet, je dévoilai l’entourloupe d’un mouvement de cil : les oeufs n’étaient pas vraiment en or ! Eh bien non !!!

A peine enrobés dans un papier qui fit autant crisser mes dents que mon opinion le concernant.

Il fut donc chocolat et fut fini comme il avait été commencé, en si peu de temps.

Tout seul que je l’ai fini. Je leur en ai pas donné. Et cela tombe bien vu qu’ils n’étaient pas là.

J’ai seulement laissé le pompom à même le trottoir comme preuve de mon mépris…

6 réflexions sur “J’ai raté l’atelier…

Ron-ronne-moi un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s