Si Eve n’avait pas rippé…

Si Eve n’avait pas croqué dans un coquet, craquant et croustillant quartier de pomme, la vie serait-elle plus belle ???…

.. Oui, tous, nous nous sommes demandés. Surtout les hommes. Parfois, je vous l’accorde, par mauvaise foi.

Nous en serions encore à vivre en pagne en feuille d’orties dans des cabanes en liane tressée, mangeant du mammouth juste braisé avec des p’tits oignons… Le Paradis originel… Encore et encore…

Faut-il regretter cela ??? Est-ce un mal d’être là où nous sommes ??? A cause ou grâce à Eve.

C’est vrai qu’au paradis originel, l’Immortalité aidant, le recul de la retraite à 62 ans n’aurait pas fait tant de vague, la rébellion de 2-3 cogneurs de sphère en cuir à l’autre bout du jardin merveilleux n’aurait pas fait plus d’agitation qu’un papillon uni-ailé, de par le fait le patrimoine culturel (j’ai une migraine dingue en écrivant cela) de Bénabar aurait directement été versé en Enfer car les élus auraient eu bon goût musicalement parlant.

Vu comme ça, on imagine le truc idyllique où tous auraient vécu en connivence et acceptation de l’autre, jamais un truc à redire sur lui qui n’a pas fait ceci ou elle qui a pensé cela… C’est vrai qu’entre frères et sœurs, on accepte et pardonne beaucoup.

Moi, j’dis ça, j’dis rien.

La consanguinité aurait été portée à son paroxysme, jusqu’à l’ultime stade jamais atteint dans aucune contrée… Même pas là !!! Et pourtant, « Là » c’est coton !!!! J’ai quand même bon espoir pour eux, s’ils continuent sur le crédo, qu’ils ne s’en approchent…

Et puis, au bout de quelques générations, l’arbre donnant de plus en plus de ramifications distinctes et éloignées, le malaise se serait dissipé, on n’aurait plus eu à se demander « Est-ce un cousin peu éloigné ??? », ou « Ne l’ai-je point déjà vu lors d’une grande réunion de famille » ou « On n’aurait pas vécu dans la même maison dans notre enfance ??? ».

Ce léger trouble disparu, les dégénérescences issues de ces croisements obligés auraient elles aussi perdu de leur virulence au fil du temps.

Bref, de nos jours, tout cela aurait disparu et l’improbable « C’est amusant, tu as la même forme de menton que mon oncle » n’aurait pas attiré plus que cela notre attention sur l’Innommable.

Donc, on en serait là à jouir d’un endroit sympa, bien éclairé, charmant et adéquat pour qui aime la Nature et les p’tits oiseaux….

Oui mais les autres !!!!!!!!!!

Ceux qui apprécient un bon verre en terrasse en ville, ceux qui adorent rouler dans leur chouette et plus spacieuse qu’on ne croirait DS3, ceux qui se régalent de se lover dans un divan cuir de Buffle et regarder sur leur grand écran un bon match de Foot « car faut bien l’dire, si on n’avait pas ça pour gueuler parfois, on irait brûler des bagnoles pour se défouler » (Oui, je sais certains allient le Stupide à l’abrutissant… Des jouisseurs à leur façon), tous ceux qui, au doux chuchotement d’un ruisseau, préfèrent le rugissement d’un hard-rocker cocaïné, tous auraient dû passer leur vie à se dire « Ah on est bien ici quand même hein… Si quand même !! Si..  »…

Extrait d’une conversation dans le Jardin merveilleux :

« Salut !!!

-Salut !!!

-ça va ???

-Oui . Et toi ?

-On est bien là.

-Eh oui.

-Voilà.

-Eh Oui. Voilà. »

Emotion, summum de l’exaltation, brusque bouffée de chaleur de Bonheur, assouvissement du « Plus-mieux » quand vous nous tenez, on se sent… On se sent toute chose.

Alors oui, certains diront que notre Monde actuel est dur,  que lui, là, est pas bo, ils se plaindront que trop de maladies graves, ça vous gâche la vie, que de n’avoir pas assez d’argent, ça empêche de faire des choses, que les gens méchants, c’est perturbant pour être heureux.

Ils n’auront pas tort.

Mais ils nonobstent trop d’autres choses.

Les plus importantes, les p’tites, celles de tous les jours dont il faut se nourrir et se repaître, se satisfaire pour finalement s’en enrichir, s’enorgueillir et se délecter.

Un apprentissage, un cheminement, un passage obligé pour qui veut être :

H-E-U-R-E….

Finissez ce jeu du pendu prémâché si vous voulez, il est très facile finalement, il ne demande pas grand-chose.

Quelques risques à prendre c’est sûr, celui de s’écouter, celui d’apprendre à apprendre de soi… Alors qu’on nous serine que c’est des autres qu’il faudrait tirer la substantifique moelle, la vérité est là, assurément, dans cet état d’apaisement qu’on atteint seul.

Ok, donc, la sérénité, c’est une affaire de volonté personnelle, être heureux aussi, tout ça bla bla…

Avec ce schéma, des générations d’épanouis-méthode-facile-en-10-leçons vont s’inviter au banquet de la Vie , une sorte de grande sauterie avec des victuailles, de la bonne chair, tout ça…

Un truc de dingue.

Dit comme ça, le Jardin originel est renvoyé dans son coin de verdure. Pas intéressant.

Dit comme ça.

Je ne voudrais pas gâcher l’état de joie qui vous étreint là mais, en fait, ça marche pas comme ça, il y a un cheminement à faire.

Oui, je sais, je casse l’ambiance, je trublionne-à-l’envers, j’engoncite votre plaisir.

Désolé.

La voie est étroite, le dénivelé raide, la prudence de mise, les jeux ne sont jamais faits, on perd, on passe…

L’ascension est mieux à deux, encordés, la progression assurée l’un par l’autre étant plus sûre et rassurante.

Quand je dis « encordés », je précise qu’il n’y a aucun rapport de cause à méfait avec le pendu de tout à l’heure, la corde au cou, tout ça.

L’Homme Clint-Eastwoode beaucoup moins de nos jours rapport aux spaghettis. J’me comprends.

Par « encordés ». je voulais dire « assemblés, liés, enlacés »…

Attention, la phrase qui suit est de moi, du tréfonds de mon … et de mon …

L’enlacement de 2 âmes est assurément à sa façon –et quelle belle façon- une sorte de retour par la grande arche dans le carré de verdure sus-cité …

Oui, j’aime beaucoup.

Un carré de verdure finalement pas si mal et bien trop critiqué en ce texte par un auteur athéo-converti de mauvaise fréquentation.

Rude temps pour les vergers.

Si l’on faisait un sondage, plus de la moitié de la population mondiale serait prête à ne pas manger de pomme ne serait-ce que pour éviter « l’accouchement dans la douleur ».

Peut-on leur reprocher ???

Un peu cher payé à mon goût pour si peu de gourmandise…

30 minutes au coin comme quand on piquait un pot de confiture dans not’ jeunesse m’eût semblé bien plus adapté…

J’dis ça, je suis pas « LUI », je n’y étais pas.

Oui, Oui, je prends la défense d’Eve. J’suis sûr qu’elle était sympa. Moi, je suis sûr que je me serais bien plus entendu avec elle qu’avec l’aut’ là. Adam.

Bon, faut dire que j’aime bien m’entendre avec « Elles » en général.

Surtout elle. Et elle aussi. Et elle.

Et surtout surtout au combien surtout Elle…Si  Si !!!!…Elle !!!…

Ah Elle !!!

Eh oui !!! Autant de Cynisme sur 2 seules jambes ne pouvait être exempt d’un peu d’Humanité. Les fameux 2 grammes dans un corps (de) brut(e).

Ron-ronne-moi un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s