Toujours un grain de sable…

Toujours… Un minuscule et ridicule grain de sable… A croire que le désert avance inexorablement sur lui.

Ce n’est pas grand chose un grain de sable. Ce n’est pas un écueil qui vous fait chavirer, un caillou qui vous assomme ni même du gravier qui vous écorche mais, tout aussi petit qu’il soit, la machine lancée à pleine allure s’enraille. Inexorable.

Lui qui ne demandait qu’une oasis pour pouvoir se ressourcer.

Il se serait bien voulu Robinson Crusöé dans cette oasis au milieu de nulle part. Il y aurait trouvé son compte, il n’aurait pas compté les jours. Pas plus les vendredis que les autres jours. Non, il y aurait sûrement apprécié les semaines, les mois, les années renouvelant son plaisir à base de petits bonheurs quotidiens.

Grain de sable et frustration.. Les deux mamelles de sa vie.

Non pas qu’il tende vers quelque chose d’impossible. Petit à petit, à travers ses expériences, sa quête d’éternel a perdu de son éclat. Il se rend compte de l’inévitable érosion de tout. A croire qu’au même titre qu’il ne sera que poussière un jour, les choses, les évènements, les rencontres, les joies, les plaisirs qu’il croise et partage ne sont voués qu’à l’éphémère.

L’éphémère. Un sacré palmier planté là au beau milieu de sa vie. Quelque chose d’inévitable. Un aléa non aléatoire.

Tout n’est pas négatif. Au fur et à mesure qu’il vit avec lui-même, il se découvre. Il sait que l’embellie sera là bientôt. Il se chante Nougaro et son « Tu verras » nourri d’espoir.

Un pas de plus. il aurait envie de dire « .. de plus vers l’oasis.. » Mais, petit à petit, le rêve perd de sa saveur. Petit à petit, il devient grand et ce rêve ressemble de plus en plus à un mirage.

C’est triste parfois de devenir grand. Cela offre de moins en moins d’espace de verdure dans son esprit. Cette herbe se fait bouffer par l’aridité et la sécheresse, notre terreau s’appauvrit, tout devient moins fertile.

Alors il boit beaucoup d’eau. Et il s’abreuve. D’envies, de découvertes, de pas en avant. Tout un programme pour ce non-conquérant dans l’âme.

Chacun de ces pas est un grand pas pour son humanité.

Là, pas plus tard que là, il s’est senti vivre. Et c’est tellement bien de vivre.

Pourrait-il s’en lasser un jour ??? Il ne l’espère pas.

C’est vrai que renoncer lui faciliterait la vie. Ce serait facile. Rassurant.

Il rêvait tant d’épanouissement. Il se rend compte qu’au fil des saisons et des climats, qu’au fil de multiples choses sur lesquelles il n’a pas prise, la récolte sera bonne… Ou pas… Ou bonne.. Ou pas…

Et ce, quels que soient ses talents.

En fait, il ne peut maîtriser qu’une chose. Lui. Et lui sans les autres, est-ce vraiment lui ??

L’égoïsme rimerait-il avec bonheur ??? Clairement la rime la plus difficile pour lui à placer. Clairement.

Fichu grain de sable. Acre. Asséchant. Insipide. Etouffant.

Il ne désespère pas au fond de lui. Il arrivera à le troquer contre un grain de sucre.

Et ça, un grain de sucre, il saura quoi en faire, il saura l’apprivoiser d’un baiser humide, le faire fondre pour en apprécier toute l’onctueuse douceur.

Bientôt l’embellie… Bientôt l’embellie…

Publicités

Une réflexion sur “Toujours un grain de sable…

  1. Celui là est plus que bien!!!
    Racine disait:  » Il faut plaire et toucher  »

    et non égoïsme ne rime pas avec bonheur

Ron-ronne-moi un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s